80e congrès international de l’Acfas

La gestion de projet en mutation : l’intégration des approches sociales

Colloque : 10 et 11 mai 2012, Palais des congrès de Montréal

Programme

LA GESTION DE PROJET EN MUTATION : L’INTÉGRATION DES APPROCHES SOCIALES

Depuis quelques années, la gestion de projet se transforme pour faire face à des défis de taille : une diversité croissante des intervenants (Picq, 2011), une plus forte pression des parties prenantes externes (Bourne, 2009), des contextes d’incertitude plus élevée (Sicotte and all., 2010), l’évolution rapide des technologies de communication (St Amant, 2010)

Ce champ, orienté depuis ses origines vers l’ingénierie, se voit «contraint» de recourir aux approches sociales dans les pratiques professionnelles, la recherche et les enseignements. Les programmes universitaires en gestion de projet s’ouvrent au management, à la communication, à la négociation créatrice (Midler, 1998). Dans les organisations, se développent de nouvelles méthodologies de projet, dites «agiles», qui s’appuient sur les interactions humaines pour améliorer la performance des projets (Messager-Rota, 2009). De plus en plus de recherches en gestion de projet empruntent à la sociologie, aux sciences politiques, au management, à la communication, voire à l’ethnographie. La plupart des travaux récents dans ce champ ont pour objet d’étude la dimension humaine (constat colloque international  IRNOP, juin 2011, Montréal, UQAM)

Ce colloque a pour but d’explorer cette mutation de la gestion de projet en faisant intervenir à la fois des chercheurs en gestion de projet, communication, management, sociologie et sciences politiques (issus de divers laboratoires scientifiques et d’universités) et des praticiens en gestion de projet, communication et administration (promoteurs, responsables de projets, consultants, autres) qui peuvent livrer leur expertise, réflechir sur leur compétence et conjuguer leurs savoirs. La mobilisation de tels regards croisés est volontaire afin de mutualiser les connaissances et permettre une avancée de la Science dans plusieurs disciplines, tradionnellement peu connectées : gestion de projet, management, communication, sociologie, sciences politiques.