Les attentats terroristes du 11 septembre 2001

Résumé de la crise

Le 11 septembre 2001, les tours jumelles du World Trade Center (WTC) de New York sont frappées par deux avions de ligne qui furent détournés par des terroristes. un peu plus d’une heure plus tard, les tours s’effondrent en faisant près de 3 000 morts. Peu après, du côté de Washington, un avion de ligne s’écrase sur un mur extérieur du Pentagone.

Réactions sur Internet

Les diverses réactions des acteurs sur Internet peuvent être divisées selon les types de sites.

Les sites d’entreprise :

Plusieurs organisations touchées ont utilisé leur site, en particulier leur page d’accueil, pour diffuser de l’information sur l’état de la crise. Certains, comme United Airlines et American Airline, ont été jusqu’à retirer la page d’accueil officielle pour diffuser des communiqués et des messages.

Les sites des deux compagnies aériennes touchées par les événements sont ceux, mis à part ceux des médias, ayant eu la réaction la plus rapide. Du côté d’United Airline nous retrouvions quelques heures après le premier crash un message du PDG, Jim Goodwin, un lien vers les communiqués émis, un résumé des faits et des liens vers des sites d’intérêt tous en rapport avec l’attentat. American Airline diffusa le 11 septembre un communiqué factuel rapportant que les autres vols, excluant les deux appareils détournés, sont tous sains et saufs. Le 14 septembre, un message du PDG, Don Carty, remplaçait le dernier communiqué.

Au moins deux entreprises disposant de bureaux dans le WTC ont utilisé le Web pour communiquer avec leurs parties prenantes. La première, Morgan Stanley, une firme d’investissement disposant de bureaux dans le WTC, a utilisé son site dans les jours suivant le 11 septembre pour communiquer avec ses employés et leurs familles, ses clients et la population en général. Ils présentaient une lettre du PDG, un lien vers les derniers communiqués émis et des informations additionnelles pour les employés, leurs familles et les clients. Bien que toujours présentes après le 22 septembre, les nouvelles furent reléguées à un second niveau du site pour faire place à du contenu plus habituel. La seconde organisation, le cabinet d’avocats Sidley Austin Brown & Wood a agi de la même façon en modifiant sa page d’accueil pour diffuser de l’information touchant les attentats. Dans les jours suivant l’attentat on y trouvait les actions prises par l’entreprise, une lettre à leurs clients, collègues et amis, un communiqué rappelant les événements et une liste de contacts pour leurs autres avocats de New York.

La réaction des acteurs du 11 septembre ne fut pas toujours aussi rapide. Par exemple, en fin d’après-midi le WTC présentait toujours sur son site ses caractéristiques ultra-modernes. Durant cette période, un nombre important de multinationales utilisèrent leur site Web pour diffuser des messages d’appui aux personnes touchées par les événements.

Sites gouvernementaux :

Bien que très impliquées, les organisations gouvernementales telles que le FBI, la CIA et la NSA ne se commirent que très peu sur leur site. Par exemple, rien n’est apparu sur le site de la National Security Agency (NSA) dans les semaines suivant le drame. La CIA ne diffusa de l’information qu’à partir du 6 octobre 2001 et elle ne touchait que partiellement les attentats pour se consacrer à la menace terroriste. Seul le FBI diffusa de l’information sur les attentats peu de temps après.

La participation du public fut cependant très importante, probablement motivée par le Président qui demanda aux citoyens d’utiliser Internet pour offrir de l’aide et de l’assistance. Les internautes déposèrent, sur une section spécialisée du site du FBI, plus de 47 000 pistes d’enquête en 10 jours.

Sites de recherche :

Même les moteurs de recherche modifièrent leur approche pour mieux satisfaire la demande de plus en plus grande d’information à propos du 11 septembre. C’est le cas de Google qui, brisant sa marque distinctive, pris la forme d’un mini-portail servant à diriger rapidement les internautes vers des informations touchant les attentats.

Sites personnels :

Le 11 septembre fut le cadre de la création de milliers de sites personnels. Des blogues, des forums et des pages personnelles furent mis en ligne répondant probablement à un besoin de s’exprimer devant les événements.

Autres sites :

En réaction aux événements, plusieurs sites indépendants furent créés pour venir en aide aux personnes touchées et à leur famille. Notons les deux plus importants :« I’m okay » et wherewereyou.org.

Le premier site mis en place pour aider les familles et les « victimes » à reprendre contact exploite le mode transactionnel du Web pour établir une base de données des disparus et des retrouvés. Avec « I’m okay » les personnes touchées par les attentats disposaient d’un site pour témoigner de leur état après les attentats. Cette base de données publique permit à plusieurs familles d’avoir des nouvelles de personnes que l’on croyait disparues.

Le site wherewereyou.org permit à des membres de la communauté Internet de communiquer aux autres ce qu’ils ont vécu la journée du 11 septembre 2001. Ce site a reçu plus de 2 000 témoignages en l’espace de quelques semaines.

D’autres organisations se mirent à diffuser de l’information par le biais de leurs sites. Ce fut par exemples le cas de quelques associations de psychologues dont l’American Psychological Association qui diffusa des guides sur des sujets tels que la gestion du stress et la manière de parler des récents événements aux enfants.

Conclusion

Les attentats du 11 septembre ont stimulé des réactions intenses partout sur le globe. Plusieurs personnes ont créé des sites personnels ou ont utilisé le courriel ou le clavardage pour entrer en contact les uns avec les autres. Durant les premières semaines suivant le 11 septembre, Internet fut considéré comme un moyen privilégié pour trouver de l’information au sujet des attentats. L’événement causa un achalandage tellement élevé sur Internet qu’il entraîna un ralentissement global du réseau mondial.

Le 11 septembre 2001 marque un tournant majeur dans l’histoire d’Internet. Il s’est avéré le principal outil de recherche d’information et un outil de communication majeur dans les semaines suivantes, autant pour les particuliers et que pour les organisations. Ce changement, marqué par l’émergence d’une utilisation intensive d’Internet comme source d’information, poussa notamment les médias traditionnels à investir du côté de leur portail Internet.