Air France

Résumé de la crise

Le Concorde AF4590 d’Air France, réputé comme l’avion le plus sûr au monde, s’écrase en juillet 2001, sur la commune de Gonesse en France. Une centaine de personnes perdent la vie.

Réactions des autres acteurs sur Internet

Internet a joué un rôle important dans la diffusion de l’information relative à cet événement. Plusieurs sites personnels ont traité et analysé l’événement. Les forums de discussions ont été particulièrement actifs. Les gens ont profité de ces tribunes pour s’exprimer sur les conséquences de l’écrasement du Concorde et sur les dangers de l’augmentation du trafic aérien. Les internautes ont également fait part de leur compassion envers les familles des victimes. Certains ont même tenté d’établir les raisons de l’accident, aboutissant souvent à des opinions contradictoires. Certains internautes ont employé un jargon technique assez complexe, prouvant que des spécialistes aéronautiques interviennent souvent sur ses forums. Internet est donc devenu le média d’information le plus actif, non seulement à travers les sites d’informations qui ont connu une importante explosion de leurs audiences suite à l’écrasement du Concorde, mais aussi à travers les forums de discussions qui génèrent et véhiculent une masse d’information considérable. 

La compagnie Rolls Royce a utilisé son site Internet pour faire savoir qu’elle compatissait à la douleur des victimes et a déclaré qu’elle ne fournirait plus d’informations sur les moteurs Olympus à la presse. GoodYear et Snecma, construteurs des moteurs, n’ont absolument pas utilisé Internet. Elles furent donc entièrement dépendantes des médias traditionnels pour faire connaître leurs opinions auprès du public. En général, ces acteurs ont opté pour une attitude de justification, réagissant ponctuellement aux sorties médiatiques les concernant. 

Contenu du site Internet d’Air France

La compagnie a utilisé son site Internet officiel dès les premiers jours de la crise. La compagnie y a diffusé les dernières informations sur l’écrasement et y a démenti les fausses informations diffusées notamment par la presse nationale et internationale (contre argumentation, replace les éléments dans leur contexte, précise leur position sur l’affaire). Des communiqués de presse sont rapidement disponibles sur le site. Le président Jean Cyril Spinetta intervient presque immédiatement, devenant la ligne éditoriale du discours de la compagnie dans les semaines qui suivent. 

Les éléments d’information sur le site consistent en une description qualitative et quantitative d’un événement qui a coûté la vie à 113 personnes qualifiées de pertes humaines et réparties par nationalité. Cette description purement statistique d’un événement tragique est en totale contradiction avec l’image de transparence, de solidarité et de compassion recherchée par la compagnie. Elle ne révèle que le point de vue commercial de l’analyse des dirigeants d’Air France sur cette affaire. Les associations de riverains auraient pu récupérer cette froide description afin de dénoncer la manière dont la compagnie analyse les événements qui la concernent. 

Mais d’une perspective générale, la compagnie et son président ont fait preuve de compassion et ont démontré un souci de rassurer les passagers et les riverains. En résumé, une communication intensive et transparence au niveau de la gestion de la crise sur Internet.