Méthode Morin-Chartier

En quoi consiste la méthode ?

La Méthode d’analyse Morin Chartier repose sur une application pratique de la méthode française d’analyse du discours élaborée et testée entre 1960 et 1970 par la sociologue Violette Naville-Morin.

La méthode utilisée par le Laboratoire d’analyse de presse Caisse Chartier se distingue par l’unité de contenu qui lui sert de mesure : l’unité d’information. En décortiquant un contenu en unités codées, évaluées et traitées conformément à des calculs qui lui sont propres, elle permet de dégager des indicateurs de visibilité, de partialité, d’orientation et de tendance-impact. L’analyse de ces données révèle non seulement les significations habituelles de l’information mais le surplus de sens que recèle un dossier de presse.

Exemple d’unité d’information issue de l’actualité décortiquée par catégorie :

Est-ce que ce qui est dit ici est positif, négatif ou neutre en regard de Carey Price ?

« Price et le Canadien s’effondrent à Ottawa » (Cyberpresse.ca, 25 septembre 2010)

C’est l’évaluation individuelle de chacune des unités en leur posant la question suivante :« est-ce que ce qui est dit dans cette unité à propos de ‘sujet de l’unité’ est favorable, défavorable ou neutre par rapport à ‘sujet de l’étude’? » qui permet d’établir la tendance d’une couverture une fois toutes les unités compilées. Chaque unité est rattachée à différentes catégories comme les sujets, les médias, les dossiers ou encore les intervenants, ce qui permet d’obtenir un portrait exhaustif de la couverture de presse. Lorsque l’analyste isole une unité d’information, il doit ainsi à chaque fois, en plus d’évaluer le contenu, répondre aux questions suivantes : de quel sujet s’agit-il? De quel dossier? De quel média? Un intervenant est-il cité? Etc. 

Les unités sont ensuite codifiées dans le logiciel CLIP du Laboratoire d’analyse de presse et les résultats sont présentés sous forme de tableaux indiciels.

 Historique de la méthode

Cette méthode a été conçue à l’origine par Violette Naville-Morin. Elle a été enrichie à travers son application à plus de 300 dossiers de presse sur une période d’une vingtaine d’années par Caisse, Chartier et associés. Au fil des ans, la méthode originale a été perfectionnée grâce notamment au développement d’un logiciel de traitement des informations. Les fondateurs-propriétaires de Caisse, Chartier ont fait don de leurs travaux de recherche sur la méthode ainsi que des archives d’analyse de presse à l’Université du Québec à Montréal en 2001. Le Laboratoire d’analyse de presse Caisse Chartier a ainsi vu le jour. Il fut l’une des parties constituantes initiales lors de la création de la Chaire de relations publiques et communication marketing, en décembre 2002.